.

"Tu es toi, tu vis, tu possèdes un corps, un esprit, tu as une maison, elle est ton toit, elle te protège. Tu vis dans ton quartier, ta ville, elle te nourrie, te fournis un travail. Tu vis dans ton pays, il est ton peuple, il te guide, il te soumets à tes conditions de vie. Tu vis sur ta planète, tu respire son air, tu manges ce qu'elle te donne, elle te fait vivre. Tu vis prés de ton étoile, elle te donne de la lumière, de la chaleur, elle te fait vivre. Tu vis dans ton système planétaire, avec ses planètes et ses lunes qui sont nées pour te faire vivre. Tu vis dans ta galaxie qui s'est formées il y a des milliards d'années. Tu vis dans ton Univers, il t'a donné ton étoile, ta planète, ton chez toi. Ne le néglige pas. S'il existe, c'est pour toi, car il fait parti de toi. Il est en toi, comme ton être, ton esprit, il est partout, comme toi, tu fais parti de lui."

Glossaire

Entropie

Grandeur caractérisant le désordre d'un système. L'entropie ne peut qu'augmenter dans une transformation irréversible (système isolé).

Chaos

Théorie scientifique concernant des systèmes présentant des comportements à l’apparence complexe ou aléatoire, bien qu’ils soient parfaitements définis et déterministes.

Second principe de la thermodynamique

Le second principe de la thermodynamique est un principe qui introduit une grandeur caractérisant un système complexe clos et qu'on nomme entropie. C'est un principe d'évolution, car il détermine jusqu'où et dans quel sens les différentes transformations de l'énergie sont possibles.

Quanta (ou quantum au singulier)

Un quantum est une mesure d'une quantité finie d'énergie de base et indivisible  faisie partie d'une théorie physique (La théorie des quanta).

Photon

Particule élémentaire (quantum) de la lumière. Un photon est un boson. Le nom photon vient du grec et signifie "lumière". En effet, le photon transmet l'interaction électromagnétique, la lumière étant un exemple d'onde électromagnétique.

Boson

Classe de particules élémentaires qui possèdent des propriétés de symétries particulières - le spin -, le photon fait partie de cette famille. Certains bosons - et en particulier le boson de Higgs - sont activement recherchés. Des objets composites - noyaux ou atomes - sont également des bosons.

Intrication (corrélation quantique)



L'intrication quantique est un phénomène fondamental de la physique quantique mis en évidence par Einstein et Schrödinger dans les années 30. Deux systèmes physiques, comme deux particules, se retrouvent alors dans un état quantique dans lequel ils ne forment plus qu'un seul système dans un certain sens subtil.
Toute mesure sur l'un des systèmes affecte l'autre, et ce, quelle que soit la distance les séparant. Avant l'intrication, deux systèmes physiques sans interactions sont dans des états quantiques indépendants mais après l'intrication ces deux états sont en quelque sorte « emmêlés » et il n'est plus possible de décrire ces deux systèmes de façon indépendante.
C'est pourquoi des propriétés de non-localité font leur apparition et la mesure sur l'un des systèmes influence instantanément l'autre système, même à des années- lumières. Le phénomène d'intrication est l'un des phénomènes les plus troublants en physique quantique.

Physique quantique


Pour donner une définition simple de la physique quantique, disons que c'est la physique qui explique le monde de l'infiniment petit (à l'échelle atomique), contrairement à la physique "newtonienne", qui explique physiquement le monde à l'échelle macroscopique (la pomme qui tombe de l'arbre...). La physique quantique est une science probabiliste (on ne peut jamais déterminer avec certitude ce qui arrivera à une chose en particulier) et organique (l'Univers est un ensemble où tout est interconnecté et s'influence mutuellement). Comme on l'a vu dans l'extrait du Dr Quantum, l'observateur, par sa simple observation, influence le comportement de l'atome et donc son déterminisme.

ADN (Acide DésoxyriboNucléique)

L'ADN constitue la molécule support de l'information génétique héréditaire. Elle très longue et composée d’une succession de nucléotides accrochés les uns aux autres par des liaisons. Il existe quatre nucléotides différents : l’adénosine, la cytidine, la quanosine et la thymidine, dont l’ordre d’enchaînement est très précis et correspond à l’information génétique.

Matérialisme (rationalisme)

Le matérialisme englobe toutes les philosophies dites matérialistes qui affirment que la substance du monde est de nature matérielle et immanente, c'est-à-dire que « De rien ne se crée rien », les éléments de la nature et leurs phénomènes se suffisent à eux-mêmes, à leurs formations, à leurs mouvements et à leurs développements. Les recherches en physique quantique tendent à montrer que de la matière peut effectivement se créer pour une courte durée avant de s'annihiler tant que le principe d'incertitude d'Heisenberg est respecté.

Théorie des cordes

Théorie des cordes (Partie 1)


Théorie des cordes (Partie 2)


La théorie des cordes est l’une des voies envisagées pour régler une des questions majeures de la physique théorique : l’unification de la physique quantique (inévitable pour décrire la physique aux petites échelles) et de la théorie de la relativité générale. La principale particularité de la théorie des cordes est que son ambition ne s’arrête pas à cette réconciliation, mais qu’elle prétend réussir à unifier les quatre interactions élémentaires connues, on parle de théorie du tout.

Brane

En théorie des cordes, une brane est un objet étendu, dynamique, possédant une énergie sous forme de tension. Les branes ont été popularisées par certains modèles cosmologique dits branaires dans lesquels l'univers observable constituerait le volume interne d'une brane vivant dans un espace-temps ayant des dimensions supplémentaires.

Multivers

Le terme de multivers désigne l'ensemble de tous les univers possibles, parmi lesquels figure notre univers observable.

Egrégores

Un égrégore est l'ensemble des énergies cumulées d'une ou plusieurs personnes, vers un but ou une croyance définie par elles. C'est comme un accumulateur d'une énergie possédant ses propres caractéristiques, et motivé par la foi ou la concentration de plusieurs personnes à la fois. L’égrégore a une vie propre capable d'influencer les humains et la marche de l'histoire. Un égrégore est censé créer pour des esprits unifiés, une force rassurante qui influe sur des sphères qui planent au-dessus de nos têtes : à chaque sphère, nos pensées unies vont vers un but précis. C’est une entité spirituelle et métaphysique qui se nourrit des énergies que l’on dirige vers elle, et qui bien qu’elle puisse survivre très longtemps, (les égrégores de l’ancienne Egypte ont eu au moins 8000 ans âge) n’en est pas moins mortelle, et suivant les Lois Naturelles de conservation des espèces, elle fait tout ce qui est en son pouvoir au-delà même de ce que peut concevoir l’esprit humain, pour se sauvegarder, et ce, au-delà de toute croyance.

Hologramme

Le terme "hologramme" présente plusieurs définition. L"exemple holographique, comme ici annoncé dans un des articles, présente l'aspect d'un véritable hologramme. Contrairement au principe holographique communément défini dans la théorie quantique. La définition que j'utilise est celle qui signifie que chaque partie contient le tout. Toute l'information enregistré dans un espace clos est aussi définie dans un portion de cet espace.

Principe d'incertitude d'Heisenberg (source : Techno-science.net)

Le principe d'indétermination fut énoncé au printemps 1927 par Heisenberg lors des balbutiements de la mécanique quantique. Les travaux de Planck, Einstein et De Broglie avaient mis à jour que la nature quantique de la matière entraînait l'équivalence entre des propriétés ondulatoires et corpusculaires. La dualité onde-corpuscule confirmée alors par de nombreuses expérimentations posait un problème de fond aux physiciens. En effet, pour posséder une fréquence et un vecteur d'onde, un objet doit avoir une certaine extension en espace et en temps. Un objet quantique ne peut donc être ni parfaitement localisé, ni avoir une énergie parfaitement définie.

De manière simplifiée, ce principe d'indétermination énonce donc que — de façon assez contre-intuitive du point de vue de la mécanique classique — pour une particule massive donnée, on ne peut pas connaître simultanément sa position et sa vitesse. Soit on peut connaître précisément sa position (par ex: à ± 1 mm) contre une grande incertitude sur la valeur de sa vitesse (par ex: à ± 100 m/s), soit on peut connaître précisément sa vitesse (par ex: à ± 0,0001 m/s) contre une grande incertitude sur la valeur de sa position (par ex: à ± 1 km).

Cependant, si on renonce à considérer la particule en tant qu'objet corpusculaire, l'énoncé de ce principe devient plus intuitif. L'objet quantique ayant une certaine extension dans l'espace et une certaine durée de vie en temps, on le représente alors, non plus par un ensemble de valeurs scalaires (position, vitesse), mais par une fonction décrivant sa distribution spatiale. Toute l'information relative à la particule est contenue dans cette fonction d'onde. Les mesures scalaires effectuées sur cette particule consistent à extraire seulement une partie de cette information, par l'intermédiaire d'opérateurs mathématiques.

PES (Perceptions Extra Sensorielles - ESP en Anglais Extra Sensoriel Perception)

La perception extrasensorielle est ce que la majorité des personnes appelle le sixième sens. C’est une perception au-dessus des cinq sens habituels soit la vue, le toucher, l’ouïe, l’odorat et le goût. La PES peut être plus difficile à définir comparativement aux autres perceptions sensorielles car il n’est pas présent chez toutes les personnes. Les personnes qui expérimentent la PES n’ont pas nécessairement de contrôle sur ces expériences comme sur les autres sens habituels, ce qui peut être un élément encore plus difficile à comprendre. Il y a beaucoup de non croyants; mais il y a aussi plusieurs événements qui arrivent chaque jour et que l’on ne peut pas expliquer totalement. Ces événements sont souvent perçus comme de simples coïncidences ou tout simplement des événements inexplicables. Voici quelques formes de PES :
  • Télépathie, ou communication d'esprit à esprit, est quand vous pouvez envoyer ou recevoir des pensées à une autre personne.
  • La voyance, c’est percevoir un événement qui est sur le point de se produire, qu’il soit bon ou mauvais.
  • Précognition c’est percevoir des événements futurs avant qu'ils se produisent.
  • Clairsentience est la capacité de ressentir la présence des entités quand ils sont autour de nous.
  • Clairaudience est la capacité d'entendre des messages des guides ou des entités psychiques ou spirituelle des défunts.
  • Psychokinésie est la capacité de déplacer des objets avec votre esprit
  • Post Cognition qui équivaut à la perception d'événements passés et constitue par conséquent l'inverse de la précognition, mais relève, comme cette dernière, du domaine de la clairvoyance.
La manière dont la PES se développe varie d’une personne à une autre. Certains croient que c’est un don qui se passe d’une génération à une autre dans une même famille ou bien que nous l’avons acquis dès notre naissance tandis que d’autres peuvent la développer plus tard dans leur vie.

La relativité restreinte et générale d'Albert Einstein

1 ère Partie


 2 ème Partie


 3 ème Partie


La relativité générale est d'abord une généralisation aux référentiels accélérés des principes de la théorie de la relativité restreinte.
Elle apporte cependant de plus une nouvelle conception de l'espace et du temps, dans laquelle la gravitation devient une propriété géométrique de l'espace-temps. En d'autres termes, la géométrie de l'espace-temps dépend de la distribution des masses et, du fait de l'équivalence masse-énergie, des flux d'énergie.
Les premières tests expérimentaux de la relativité générale datent du début des années 1920 (courbure des rayons lumineux par un champ de gravitation testée près du Soleil, précession du périhélie de Mercure), mais la théorie a passé aujourd'hui de nombreux autres tests avec succès, l'un des plus précis étant la preuve de l'existence des ondes gravitationnelles (prévues par la relativité générale) grâce à l'observation minutieuse de l'évolution d'un pulsar binaire par Taylor et Hulse (Prix Nobel 1993).
Parmi les conséquences les plus célèbres de la relativité générale, on peut citer l'existence des trous noirs, l'expansion de l'Univers, etc, l'application de cette théorie à l'astrophysique et à la cosmologie s'étant avérée particulièrement fructueuse.

Les 4 forces fondamentales

Notre Univers est entièrement modelé par des forces, ou interactions. Ces forces se manifestent à toutes les échelles : de la gravitation, qui fait que nous avons les pieds sur Terre, en passant par la forces électromagnétiques, qui permet de lier les atomes entre eux pour former des molécules, et qui est aussi responsable des réactions chimiques, puis les deux forces nucléaires faible et forte, qui assure la cohésion des noyaux atomiques.

La force de gravitation, ou gravité :

C'est une force qui s'exerce à l'échelle macroscopique, c'est elle qui permet aux planètes de tourner autour du soleil, aux hommes de rester sur Terre, à la Lune de tourner autour de la Terre ... Mais elle est aussi responsable de l'organisation du cosmos: sans elle, les structures telles que les étoiles et les galaxies n'existeraient pas. Dans ses lois de la gravitation universelle, Isaac Newton nous apprend que la force de gravitation exercée par un corps est inversement proportionnelle au carré de la distance qui nous sépare de ce corps: cela signifie que, lorsqu'on double la distance, alors la force est divisée par 4, si on triple la distance, alors la force sera divisée par 9 etc etc ... Un exemple concret: vous vous situez à une certaine distance du Soleil, celui-ci exercera une certaine force sur vous. Si vous doublez votre distance du Soleil, alors cette force sera 4 fois plus faible. Si vous triplez votre distance, la force sera 9 fois plus faible. D'après la théorie de la relativité, la gravitation n'est plus une force exercée par un corps, mais la manifestation de la courbure de l'espace-temps au voisinage d'un corps massif (voir la relativité restreinte et générale d'Albert Einstein).

La force électromagnétique :

C'est cette force qui maintient les électrons en orbite autour du noyau atomique. C'est elle aussi qui est responsable de beaucoup de phénomène observé dans la nature : les réactions chimiques par exemple, résulte de transfert d'électrons entre atomes ou d'atomes entre des molécules. Cette force est également responsable de tous les phénomènes électriques et magnétiques. Tout comme la force de gravitation, la force électromagnétique décroit avec le carré de la distance qui sépare deux particules soumises à cette force. Cette force est cependant plus intense que la force de gravitation, ce qui explique pourquoi on peut soulever un clou avec une simple aimant.

Les forces nucléaires forte et faible :

La force nucléaire forte est la force qui maintient les nucléons liés dans le noyau atomique, ainsi que les quarks dans les nucléons. Cette force nucléaire est extrêmement intense, beaucoup plus puissante que la force électromagnétique et la force de gravitation, mais a une portée beaucoup plus réduite, de l'échelle du noyau de l'atome. La force nucléaire faible est “faible” car elle est très peu intense : elle est 100 000 fois plus faible que l’interaction forte. Elle est notamment responsable de la radioactivité. Ce phénomène naturel (qui peut aussi être provoqué artificiellement) apparaît lorsque certains noyaux se désintègrent spontanément. Par exemple, c’est un neutron du noyau qui se désintègre en un proton et un électron. Ainsi, alors que la force forte maintient l'unité du noyau, la force nucléaire faible en provoque la rupture ou la mutation.

NDE : expèrience de mort imminente

Sigle américain pour Near Death Experience, un terme forgé par le psychiatre américain Raymond Moody au cours des années 70. Traduit en français par " expérience de mort imminente " (EMI). Il désigne les témoignages des "rescapés de la mort" (dits aussi experiencers) qui suggèrent une expérience de " vie après la vie " : entre un tiers et la moitié des personnes réanimées après un accident grave, un coma, ou même une mort clinique, déclarent qu’au moment de la mort, on sort de son corps, on traverse un tunnel, guidé par des personnes décédées vers une lumière " ineffable ", avant de passer en revue toute sa vie. Seuls 10 % des experiences entrent alors dans une lumière extraordinaire, y voient des choses merveilleuses et souvent indescriptibles, avant de revenir dans leur corps.

Les spécialistes ont ainsi relevé cinq grandes étapes, divisées en 15 points communs à toutes les NDE — et ce quels que soient l’âge, le sexe, la race ou la culture de l’individu. De nombreuses explications " rationnelles " ont été proposées au cours des années pour expliquer ce phénomène mais, à ce jour, aucune d’elles n’a réussi à faire autorité. Le mystère quant à l’interprétation de la NDE reste entier.

Théorie des systèmes

La théorie des systèmes est un principe selon lequel tout est système, ou tout peut être conceptualisé selon une logique de système. On parle aujourd'hui plutôt de Théorie systémique. Ce principe est formalisé en 1968 par Ludwig von Bertalanffy dans General System Theory, mais les bases sont multiples, la principale étant certainement le mouvement cybernétique. Ces théories ont permis le développement du concept de systémique.

Le système fait référence à un assemblage d'éléments fonctionnant de manière unitaire et en interaction permanente. Sept définitions, ci-dessous, sont en général données suivant le domaine scientifique de l’utilisation d’un système, ceci en tenant compte de l’avis même de von Bertalanffy, que tout ce qui fonctionne ensemble est système :

1. Du point de vue de l'histoire des sciences, un système est une construction théorique que forme l’esprit sur un sujet (ex. une idée expliquant un phénomène physique et représentée par un modèle mathématique).

2. Ensemble de propositions, d’axiomes, de principes et de conclusions qui forment un corps de doctrine ou un tout scientifique (ex. en philosophie : le système d’Aristote, ou en physique : le système newtonien).

3. Ensemble de méthodes, de procédés organisés ou institutionnalisés pour assurer une fonction (ex. système d’éducation, système de production, système de défense).

4. Ensemble d’éléments qui se coordonnent pour concourir à un résultat (ex. système nerveux)

5. Ensemble de divers éléments analogues.

6. Appareillage, dispositif, machine assurant une fonction déterminée (ex. système d’éclairage, système automobile).

7. En terme d'analyse, il s'agit d'un réseau, plus ou moins important et autonome, dont les élements présentent la particularité de répondre en tout ou en partie à un même objectif.

La Théorie systémique regroupe l'ensemble des principes théoriques qui expliquent la systémique. La systémique est une méthode scientifique qui applique la théorie systémique. Elle repose sur la logique de système. Grâce à une vision holistique, elle permet de dépasser les limites du cartésianisme classique pour aborder des sujets complexes qui étaient réfractaires à ce dernier. Elle est récente et doit encore stabiliser son axiomatique pour s'établir en tant que science. Elle peut s'apparenter à une science en tant que telle, mais aussi à un langage, à un état d'esprit, tel que celui de la construction des « Liberty Shipf », ou à une philosophie.