.

"Tu es toi, tu vis, tu possèdes un corps, un esprit, tu as une maison, elle est ton toit, elle te protège. Tu vis dans ton quartier, ta ville, elle te nourrie, te fournis un travail. Tu vis dans ton pays, il est ton peuple, il te guide, il te soumets à tes conditions de vie. Tu vis sur ta planète, tu respire son air, tu manges ce qu'elle te donne, elle te fait vivre. Tu vis prés de ton étoile, elle te donne de la lumière, de la chaleur, elle te fait vivre. Tu vis dans ton système planétaire, avec ses planètes et ses lunes qui sont nées pour te faire vivre. Tu vis dans ta galaxie qui s'est formées il y a des milliards d'années. Tu vis dans ton Univers, il t'a donné ton étoile, ta planète, ton chez toi. Ne le néglige pas. S'il existe, c'est pour toi, car il fait parti de toi. Il est en toi, comme ton être, ton esprit, il est partout, comme toi, tu fais parti de lui."

Vision

Voici un article que j'ai écrit quand j'avais une quinzaine d'années.

Je l'ai retranscrit exactement comme il était, avec ses fautes d'orthographes, de grammaires et ses longues phrases sans liens apparent entre elles. Aussi saugrenues que soient ces idées, un lien apparaît avec l'un des derniers articles du site Futura-Sciences. Site de référence parmi la communauté des scientifiques. Voici l'adresse : 


" La clé divine de l'homme au paillasson écrivit tout un art sur les manières d'ouvrir une porte d'entrée sans s'essuyer les pieds avant d'entrer. L'homme avait la berlue et ne savait que dire, tant elle était devenue folle. Presque autant que l'auteur qui écrivit ces quelques lignes. Une femme assista au spectacle et dit à l'homme : "Monsieur, vous devriez l'emmener voir tous les cons de l'asile d'en face, elle se sentira plus chez elle". Aussitôt dit, aussitôt fait. Mais l'âme divine qui dirigeait cette clé alla voir ailleurs si j'y étais.

Que d'histoire de fou peut-on encore inventer dans un avion en flammes pour dix francs cinquante et quelques nouilles pourris sans se lamenter de voir que la vierge Marie n'existe pas et que tant de femmes se croient le centre du monde tant il est dégueulasse et remplis de gens sans scrupules qui prennent la vie des autres au détriment d'argent, et encore d'argent sans même levé le petit doigt du pied au moindre soucis d'une inconnue. Pourquoi la psychologie n'étendrait pas son domaine à l'univers entiers pour agrandir la petitesse de l'homme au milieu de ces débris d'astre et de planète et voulant l'unité du tout en rassemblant toutes les valeurs humaines pour croire que l'humanité cours à sa perte et devienne un trou noir sans espoir de retour ?

Jamais les 6 milliards d'être humain de cette planète ne pourrons croire un jour que l'univers est un système fermé et que tout système fermé tant vers une entropie des plus totale qui sèmera désordre et chaos jusqu'à ce que l'homme ne soit pas en mesure d'y ralentir convenablement sa vitesse sans sortir de ces gong et ne pas jeter toutes les cartes de sa manche sans avoir réfléchis aux conséquences que cela peut provoquer sur la nature et les lois de la thermodynamique.

La psychologie des profondeur assénera, toute les fois ou l'homme contredira sa propre nature, une prise de conscience indéniable sur l'horizon de l'univers et croiront que toutes chose est un événement précis et une séquence logique de l'événement : "Naissance, présence, et mort de l'univers". Toutes les choses sont reliés entre elle et ne peuvent être détachées de l'univers car toutes choses suivent les courbes des lois de l'univers et ne peut être autrement.

Une généralisation si intense est cosmique de tout les événements n'est visible que pour ceux qui n'ont une vision extravertie des choses et dont la conception de la naissance de la vie sur terre est une évidence même des lois de l'univers est qu'elle est une des choses les plus merveilleuse qui puisse exister par le simple fait d'observer une femme enceinte d'un enfant qui sera capable de se poser les mêmes questions que moi."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire