.

"Tu es toi, tu vis, tu possèdes un corps, un esprit, tu as une maison, elle est ton toit, elle te protège. Tu vis dans ton quartier, ta ville, elle te nourrie, te fournis un travail. Tu vis dans ton pays, il est ton peuple, il te guide, il te soumets à tes conditions de vie. Tu vis sur ta planète, tu respire son air, tu manges ce qu'elle te donne, elle te fait vivre. Tu vis prés de ton étoile, elle te donne de la lumière, de la chaleur, elle te fait vivre. Tu vis dans ton système planétaire, avec ses planètes et ses lunes qui sont nées pour te faire vivre. Tu vis dans ta galaxie qui s'est formées il y a des milliards d'années. Tu vis dans ton Univers, il t'a donné ton étoile, ta planète, ton chez toi. Ne le néglige pas. S'il existe, c'est pour toi, car il fait parti de toi. Il est en toi, comme ton être, ton esprit, il est partout, comme toi, tu fais parti de lui."

Astrophysique

J'ai écrit cet article en 1991 (mis à jour en 2002) en me basant sur le livre de Stephen Hawking "Une brève histoire du temps".




L'élément fondamental de la lumière, appelé « Quanta » est un paquet d'énergie sous forme électromagnétique du spectre lumineux dont une partie est visible par l'œil humain. Le corpuscule s'y associant est le « Photon ». La vitesse de la lumière, notée « c », correspond à 299 792 458 mètres à la seconde. Soit, 1 079 252 849 Km/heure. Le terme « année-lumière » correspond à une échelle astronomique de distance qui mesure la longueur du chemin parcouru par un photon en un an. Soit, 9 460 723 032 000 kilomètres par an.

Notre soleil qui se trouve à environ 150 millions de kilomètres de la terre, émet sa lumière qui parvient à nos yeux donc, 8 minutes et 20 secondes plus tard en considérant la vitesse de la lumière. En regardant le soleil, nous le regardons donc tel qu'il était il y a 8 minutes et 20 secondes plus tôt.Par analogie, l'étoile la plus proche du système solaire « Proxima du Centaure » se trouve à environ 4 année-lumière. Ce qui veut dire qu'on la voie telle qu'elle était il y a 4 ans.

D'une manière générale, plus nous regardons loin et plus nous remontons dans le temps. Si des cosmonautes parviendraient à voyager dans un vaisseau spatial à la vitesse de la lumière ils mettraient 4 ans pour aller visiter Proxima du Centaure.

D'après la relativité d'Albert Einstein, plus on approche la vitesse de la lumière et plus le temps ralenti. Cela peut s'apparenter à dire que le temps s'écoule à la vitesse de la lumière. Ce qui n'est pas tout à fait vrai, ni tout à fait faux. L'écoulement du temps est fonction de la perception qu'on en a. A l'échelle atomique, la physique quantique mentionne que le temps n'existe pas. Le temps surgirait à notre échelle à cause de notre incapacité à traiter une multitude d'informations simultanément. Une expérience menée en 2002 par Antoine Suarez à l'université de Genève montre que l'intrication quantique liant le destin de deux particules de lumière en mouvement opposé sur un axe fait disparaître la causalité temporelle quant aux destins de ces deux particules à travers deux miroirs semi-transparent. Soit les deux particules traversent le miroir, soit elles s'y réfléchissent. Le destin de l'un étant l'identique de l'autre comme si une information supra-luminique les liaient.

Voici une autre expérience réalisée de mesure du temps avec ses conséquences sur le mouvement.  Deux horloges atomiques ultra précises, une sur terre et l'autre dans un avion supersonique. Au départ, les deux horloges sont parfaitement synchronisées. Puis l'avion effectue 8 fois le tour de la terre à 4000 m. d'altitude à une vitesse de Mach 4 (4 fois la vitesse du son), soit environ 4700 Km/h de manière constante, sans escales et sans s'arrêter. Soit : 2 jours 16 heures 8 minutes et 10,21 secondes. Une fois de retour sur terre, on compare les horloges et on constata que celle qui est restée dans l'avion affiche 0,000000261291874 seconde de moins que celle qui est restée sur terre.

Si nos intrépides voyageurs décidaient de faire le voyage dans un vaisseau voyageant à la vitesse de la lumière pour aller visiter Proxima du Centaure, il s'écoulerait 50 ans sur terre pendant les 4 années de leur voyage.

L'espace et le temps forment une entité qui se nomme « continuum espace-temps ». Le continuum espace-temps est formé de quatre dimensions :
  1. l'horizontale
  2. la verticale
  3. la profondeur
  4. le temps
Cet espace-temps est malléable, se déforme, se transforme, il se plie sous la masse qu'il contient. On peut l'imaginer comme un traversin qui se déforme sous le poids d'un objet que l'on pose dessus. La gravitation est une conséquence de ces déformations. La lumière, aussi bien que la matière, suit les déformations de l'espace-temps. La terre ne déforme que très peu l'espace-temps car son poids est faible. La lumière n'est donc que très peu déviée de sa trajectoire lorsqu'elle passe près de la terre. Il existe des astres suffisamment massifs pour attirer la lumière sans que celle-ci puisse s'en échapper : il s'agit des trous noirs. Les trous noirs sont tellement massifs et tellement denses (1 cm3 peut peser des milliers de tonnes) que rien ne s'en échappe. Par analogie, pour qu'une fusée puisse décoller verticalement et s'arracher de l'attraction de la terre, il faut qu'elle acquiert une vitesse suffisamment élevée de l'ordre de 11 km/s. Un trou noir est tellement dense et déforme tellement l'espace-temps que les lois de la physique que l'on connait ne s'appliquent plus. Il faudrait une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière pour pouvoir s'en échapper. Ce qui est impossible. C'est la raison pour laquelle il est impossible de voir directement un trou noir, car même la lumière ne peut s'en échapper. D'où son appellation.

On peut les comparer à des entonnoirs : l'entonnoir est l'espace-temps déformé et au fond du creux se trouve le corps massif. Aux alentours du trou noir, les lois fondamentales de la physique ne s'appliquent plus et toutes mesures donnent des résultats avec des énergies négatives en constantes fluctuations constituants des données aberrantes. Selon la théorie des « trous de verre », un pont peut relier deux trous noirs super-massif très éloignés dont l'un serrait une « fontaine blanche » d'où émanerait de la matière issue des trous noirs. Par analogie, pour relier deux points sur une feuille, une ligne droite suffit. Mais ce n'est pas le chemin le plus court. Repliez la feuille en deux de manière à faire correspondre les deux points et vous avez un pont constituant le chemin le plus court en ayant traversé la feuille. Sur le même principe, en traversant l'espace-temps à travers ces trous de verre, si un se trouvait sur terre et l'autre à coté de Proxima du Centaure, le voyage de nos cosmonautes serait instantané.

En 1836, Adolf Casimir découvre l'existence d'un effet physique inattendu. Il s'agit d'un phénomène par lequel il est possible de trouver de l'énergie négative grâce aux fluctuations du vide. Ce n'est que récemment que cet effet est exploité et pris en compte dans la fabrication des nouvelles technologies. Notamment dans les nanotechnologies. C'est cette énergie négative qui permet de maintenir pendant une fraction de seconde un vortex ouvert entre deux plaques conductrices ou se trouve du vide. Autrement dit, une porte vers un autre univers.... mais à l'échelle atomique....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire